Download PDF
Back to stories list

Les bananes de grand-mère Les bananes de grand-mère Bananaaje maamiyo debbo

Written by Ursula Nafula

Illustrated by Catherine Groenewald

Translated by Isabelle Duston, Véronique Biddau

Read by Monique Bournot-Trites

Language French

Level Level 4

Narrate full story

Reading speed

Autoplay story


Le jardin de grand-mère était merveilleux – plein de sorgho, de millet et de manioc. Mais le meilleur de tout, c’était les bananes. Bien que grand-mère avait beaucoup de petits-enfants, je savais que secrètement j’étais sa préférée. Elle m’invitait souvent dans sa maison. Elle partageait avec moi ses petits secrets. Mais il y avait une chose qu’elle gardait secrète : l’endroit où elle faisait mûrir les bananes.

Le jardin de grand-mère était merveilleux – plein de sorgho, de millet et de manioc. Mais le meilleur de tout, c’était les bananes. Bien que grand-mère avait beaucoup de petits-enfants, je savais que secrètement j’étais sa préférée. Elle m’invitait souvent dans sa maison. Elle partageait avec moi ses petits secrets. Mais il y avait une chose qu’elle gardait secrète : l’endroit où elle faisait mûrir les bananes.

Kowgol maamiyo debbo no beeginiingol heewu mbayeeri, gawri e roogo. Ammaa ko ɓuri beegiinaade woni bananaaje ɗen. Baa ko tawa imo woodi taaniraaɓe sanne, nder cuccukka, miɗo anndi ko min o ɓuri haasaade e makko. Ndegooɗom imo gansitoo kam nder ɓaade makko. Imo senndida he am ndabarewoy makka cuuɗiikoy. Ammaa imo woodi go’otel ngel o suuɗi: nokkuure to o muginta bananaaje ɗen.


Un jour, je vis un grand panier de paille placé au soleil devant la maison de grand-mère. Quand je lui ai demandé à quoi il servait, pour seule réponse, elle me dit : « C’est mon panier magique. » A côté du panier, il y avait plusieurs feuilles de bananier que grand-mère retournait de temps en temps. J’étais curieuse. « A quoi servent ces feuilles, grand-mère ? » demandai-je. Mais pour seule réponse, elle me dit : « Ce sont mes feuilles magiques. »

Un jour, je vis un grand panier de paille placé au soleil devant la maison de grand-mère. Quand je lui ai demandé à quoi il servait, pour seule réponse, elle me dit : « C’est mon panier magique. » A côté du panier, il y avait plusieurs feuilles de bananier que grand-mère retournait de temps en temps. J’étais curieuse. « A quoi servent ces feuilles, grand-mère ? » demandai-je. Mais pour seule réponse, elle me dit : « Ce sont mes feuilles magiques. »

Nyannde gooɗom, nji’u- mi kilaal mawngal goodungal huɗo no resii ley naange dammbugal ɓaade maamiyo debbo. Ko ƴamumoo-mi ko ngal heedani,dow nootannde, o wi’i kam «kilaal am sirri non». Hadde kilaal ngal, kaakooli bananaahi no cankitii ɗon, ɗi maamiyo debbo iirtata wakkati yahde wakkati. Miɗo tawaa nder kumpa. Ɗume kaakooli ɗii nafirta maamiyo debbo? Ƴamu-mi. Ammaa dow nootannde, o wi’i kam: «Kaakooli am ɗi sirri non».


C’était fascinant de regarder grand-mère, les bananes, les feuilles de bananier et le grand panier de paille. Mais grand-mère m’envoya retrouver maman pour aller chercher quelque-chose. « Grand-mère, s’il te plaît, laisse-moi regarder ce que tu prépares… » « Ne sois pas têtue, petite, fais ce que je te demande » insista-t-elle. Je partis donc en courant.

C’était fascinant de regarder grand-mère, les bananes, les feuilles de bananier et le grand panier de paille. Mais grand-mère m’envoya retrouver maman pour aller chercher quelque-chose. « Grand-mère, s’il te plaît, laisse-moi regarder ce que tu prépares… » « Ne sois pas têtue, petite, fais ce que je te demande » insista-t-elle. Je partis donc en courant.

Iɗum wawnii daarol maamiyo debbo, bananaaje ɗen, kaakooli bananaahi ɗin e kilaal mawngal tawraangal huɗo ngal. Ammaa maamiyo debbo lili kam ta inna faa mi tewtowa guɗɗum. «Maama, se welii ma accu mi daara ko ngonu-ɗaa aɗa siryo…» «Uka debbo oo, accu tiiɗal nyiindaaku, waɗu ko ƴamumaa-mi» o sattini. Ndilu-mi jomkay miɗo dagga.


A mon retour, grand-mère était assise dehors, mais il n’y avait plus ni panier, ni bananes. « Grand-mère, où est le panier, où sont toutes les bananes, et où est … « Mais pour seule réponse, elle me dit : « Ils sont dans mon lieu magique. » J’étais très déçue.

A mon retour, grand-mère était assise dehors, mais il n’y avait plus ni panier, ni bananes. « Grand-mère, où est le panier, où sont toutes les bananes, et où est … « Mais pour seule réponse, elle me dit : « Ils sont dans mon lieu magique. » J’étais très déçue.

Ko ngartu-mi, tawumi maama no jooɗii yaasn, ammaa nii kilaal ngal e bananaaje ɗen fuu ngalaa ɗon. «Maama, toye kilaal ngal, toye bananaaje ɗen, e toye woni…» Ammaa dow nootannde, o wi’i kam: «Ikoy tawaa nder nokkuure am sirri.» Ɗum metti kam sanne.


Deux jours plus tard, grand-mère m’envoya dans sa chambre chercher son bâton de marche. Dès que j’ouvris la porte, je fus accueillie par une forte odeur de bananes mûres. Au milieu de la pièce, se trouvait le grand panier magique de grand-mère. Il était bien caché sous une vieille couverture. Je la soulevai et reniflai cette odeur extraordinaire.

Deux jours plus tard, grand-mère m’envoya dans sa chambre chercher son bâton de marche. Dès que j’ouvris la porte, je fus accueillie par une forte odeur de bananes mûres. Au milieu de la pièce, se trouvait le grand panier magique de grand-mère. Il était bien caché sous une vieille couverture. Je la soulevai et reniflai cette odeur extraordinaire.

Balɗe ɗiɗi gaɗa nden en, maama lili kam nder suudu muuɗum mi tefanowa mo tuugordu makko. Gilla maɓɓitinnoo-mi dammbugal ngal, uurngol bananaaje ɓennduɗe jaɓɓitii kam. Kilaal sirri mawngal ngal maama no tawaa hakkunde suudu. Ingal suuɗaa faa no wooɗi ley wudere hiinde gom. Ɓantu-mi nde nden uurnii-mi uurngol belngol sanne ngool.


La voix de grand-mère me fit sursauter quand elle appela, « Que fais-tu ? Dépêche-toi de m’apporter mon bâton ». Je me suis alors précipitée avec sa canne. « Qu’est-ce qui te fait sourire ? » demanda grand-mère. Sa question me fit réaliser que je souriais encore en pensant à la découverte de son lieu magique.

La voix de grand-mère me fit sursauter quand elle appela, « Que fais-tu ? Dépêche-toi de m’apporter mon bâton ». Je me suis alors précipitée avec sa canne. « Qu’est-ce qui te fait sourire ? » demanda grand-mère. Sa question me fit réaliser que je souriais encore en pensant à la découverte de son lieu magique.

Sawto daande maama juwi kam nde o noddunoo, «ɗume ngonu-ɗaa aɗa waɗa? Waɗu law ngaddanaa kam tuugordu am» Nden karii-mi ngadu-mi tuugordu makko. Maama ƴami. «Ɗume waɗi ko aɗa moosa?» Ƴamol makko ngol faamini kam ko nder mooso ngonu-mi, miɗo miijoo ji’tol nokkuure makko sirri.


Le lendemain, lorsque grand-mère est venue rendre visite à maman, je me suis précipitée chez elle pour regarder les bananes une fois de plus. Il y en avait plusieurs, qui étaient déjà très mûres. J’en pris une, que je cachai sous ma robe. Après avoir recouvert le panier, je me rendis derrière la maison pour la manger en vitesse. C’était la banane la plus douce que j’aie jamais goûtée.

Le lendemain, lorsque grand-mère est venue rendre visite à maman, je me suis précipitée chez elle pour regarder les bananes une fois de plus. Il y en avait plusieurs, qui étaient déjà très mûres. J’en pris une, que je cachai sous ma robe. Après avoir recouvert le panier, je me rendis derrière la maison pour la manger en vitesse. C’était la banane la plus douce que j’aie jamais goûtée.

Jaangoore muudum ko maama wari juuraade inna, karii-mi naatoy-mi suudu makko faa mi daara bananaaje ɗen kadenndan. Keewɗe nder majje ɓinndii sanne. Kooƴu-mi wo’otere nder majje cuuɗu-mi nde ley robbuure am. Gaɗa mi hippie kilaal ngal, njah-mi gaɗa ɓaade faa mi nyaama nde law law. Kayre woni bananaare ɓurunde welde nde mi meeɗaay hano muuɗum baa nde wo’otere.


Le lendemain, alors que grand-mère était dans le jardin en train de ramasser des légumes, je me suis glissée dans sa chambre pour regarder les bananes. Elles étaient presque toutes mûres. Je n’ai pas pu résister, et pris quatre autres bananes. Alors que je marchais sur la pointe des pieds vers la porte, j’entendis grand-mère tousser dehors. J’eus juste le temps de cacher les bananes sous ma robe avant de passer devant elle en m’éloignant.

Le lendemain, alors que grand-mère était dans le jardin en train de ramasser des légumes, je me suis glissée dans sa chambre pour regarder les bananes. Elles étaient presque toutes mûres. Je n’ai pas pu résister, et pris quatre autres bananes. Alors que je marchais sur la pointe des pieds vers la porte, j’entendis grand-mère tousser dehors. J’eus juste le temps de cacher les bananes sous ma robe avant de passer devant elle en m’éloignant.

Jaangoore muuɗum, wakkati maama tawanoo nder koowgol imo teɓta li’orkoy, molii-mi naatu-mi nder suudu makko faa mi daara bananaaje ɗen. Ɗe fuu ɗe mboɗɗaa ɓenndididde. Mi waawaay haɗude ho’ore am, tan kooƴu-mi bananaaje nay gooɗom. Nde ngonunoo-mi miɗo dilla dow kolli koyɗe am, foondaade dammbugal ngal, nden nanu-mi maama ɗojji yaasin. Wakkati muuɗum daa cuuɗu-mi bananaaje ɗen ley robbuure am, fadde am ƴuurude yeeso makko, mi toowta.


Le lendemain, c’était le jour du marché. Grand-mère se réveilla très tôt. Elle prenait toujours du manioc et des bananes mûres pour les vendre sur le marché. Ce jour-là, je ne me suis pas dépêchée pour aller lui rendre visite. Mais je n’allais pas pouvoir l’éviter bien longtemps.

Le lendemain, c’était le jour du marché. Grand-mère se réveilla très tôt. Elle prenait toujours du manioc et des bananes mûres pour les vendre sur le marché. Ce jour-là, je ne me suis pas dépêchée pour aller lui rendre visite. Mais je n’allais pas pouvoir l’éviter bien longtemps.

Jahngoore muuɗum woni nyallaande luumo. Maama fini gilla hejjere. Roogo e bananaaje ɓennduɗe kam o soonnannoo nder luumo. Nyannde muuɗum mi haraaki juurowaade mo. Ammaa mi hisataa mo fufuu.


Plus tard ce soir-là, ma mère, mon père et ma grand-mère m’ont appelée. Je savais pourquoi. Cette nuit là quand je me suis couchée, je savais que je ne pourrais plus jamais voler, ni ma grand-mère, ni mes parents, ni qui que ce soit d’autre.

Plus tard ce soir-là, ma mère, mon père et ma grand-mère m’ont appelée. Je savais pourquoi. Cette nuit là quand je me suis couchée, je savais que je ne pourrais plus jamais voler, ni ma grand-mère, ni mes parents, ni qui que ce soit d’autre.

Laasara muuɗum daa, inna am, abba am e maama noddi kam. Miɗo anndi ngam ɗume non. Jemma on daa ko pukkoyii mi, miɗo anndani ko mi yeeƴataako mi wujja kaden, walaa to maama am, halaa to saarooɓe am, walaa to woɓɓe duu.


Written by: Ursula Nafula
Illustrated by: Catherine Groenewald
Translated by: Isabelle Duston, Véronique Biddau
Read by: Monique Bournot-Trites
Language: French
Level: Level 4
Source: Grandma's bananas from African Storybook
Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 International License.
Options
Back to stories list Download PDF