Téléchargement PDF
Retour à la liste des contes

Simbegwire Simbegwire

Écrit par Rukia Nantale

Illustré par Benjamin Mitchley

Traduit par Fredrick Mapulanga

Langue chewa

Niveau Niveau 5

Lire l’histoire en entier L’enregistrement audio de cette histoire est actuellement indisponible.


Mayi a Simbegwire atamwalira, anali achisoni kwambiri. Bambo a Simbegwire adachita zonse zomwe angathe kuti asamalire mwana wawo wamkazi. Pang’onopang’ono, adaphunziranso kusangalalanso, popanda amayi a Simbegwire. M’mawa aliwonse amakhala ndikulankhula za mawa. Madzulo alionse ankadyera limodzi chakudya. Atatsuka mbale, bambo a Simbegwire adamuthandiza ntchito yakunyumba.

Quand la mère de Simbegwire décéda, Simbegwire fut très triste. Son père essaya de son mieux de prendre soin de sa fille. Lentement, ils apprirent comment se sentir heureux de nouveau, sans la mère de Simbegwire. Chaque matin, ils s’asseyaient et discutaient de la journée à venir. Chaque soir, ils cuisinaient le souper ensemble. Après avoir lavé la vaisselle, le père de Simbegwire l’aidait avec ses devoirs.


Tsiku lina, abambo a Simbegwire adafika kunyumba mochedwa kuposa masiku onse. “Kodi mwana wanga uli kuti?” adayitana. Simbegwire adathamangira kwa abambo ake. Anayima pomwe anawona kuti ali ndi dzanja la mkazi. “Ndikufuna ukakumana ndi munthu wapadera, mwana wanga. Uyu ndi Anita,” anatero akumwetulira.

Un jour, le père de Simbegwire retourna chez eux plus tard que d’habitude. « Où es-tu mon enfant ? » demanda-t-il. Simbegwire se précipita vers son père. Elle s’arrêta en chemin quand elle vit qu’il tenait la main d’une femme. « Je veux te présenter quelqu’un de spécial, mon enfant. Voici Anita, » dit-il en souriant.


Moni Simbegwire, bambo ako andiuza zambiri za inu, “adatero Anita.koma sanamwetulira kapena kugwirira dzanja la mtsikanayo.Bambo a Simbegwire anali okondwa komanso osangalala.Akakambirana za atatuwa omwe amakhala limodzi, komanso momwe moyo wawo ungakhalire Khalani. “Mwana wanga, ndikhulupilira kuti wavomera Anita kukhala amayi ako,” adatero.

« Bonjour Simbegwire, ton père m’a beaucoup parlé de toi, » dit Anita. Mais elle ne sourit pas et ne serra pas la main de la fille. Le père de Simbegwire était content et excité. Il dit qu’ils allaient vivre ensemble tous les trois et qu’ils auraient une bonne vie. « Mon enfant, j’espère que tu accepteras Anita comme ta mère, » dit-il.


Moyo wa Simbegwire unasintha. Sanalinso ndi nthawi yocheza ndi bambo ake m’mawa. Anita anam’patsa ntchito zambiri zapakhomo kotero kuti anali wotopa kwambiri kuti asagwire ntchito yake yamadzulo m’mawa. Adapita mwachangu kukagona. Chomwe chimangomutonthoza chinali bulangeti lokongola lomwe amayi ake adampatsa. Abambo a Simbegwire sanawonekere kuti akuwona kuti mwana wawo wamkazi anali wosasangalala.

La vie de Simbegwire changea. Elle n’avait plus le temps de s’asseoir avec son père le matin. Anita lui donnait tellement de tâches ménagères qu’elle était trop fatiguée pour faire ses devoirs le soir. Elle allait directement se coucher après le souper. Son seul confort était la couverture colorée que sa mère lui avait faite. Le père de Simbegwire ne semblait pas remarquer que sa fille était malheureuse.


Pakupita miyezi yochepa, abambo a Simbegwire adawauza kuti akachoka kunyumba kwakanthawi. “Ndiyenera kupita kukagwira ntchito yanga,” adatero. “Koma ndikudziwa mudzasamalirana.” Nkhope ya Simbegwire idagwa, koma abambo ake sanazindikire. Anita sananene chilichonse. Sanasangalalenso.

Après quelques mois, le père de Simbegwire annonça qu’il serait parti pour un certain temps. « Je dois voyager pour mon travail, » dit-il. « Mais je sais que vous allez vous occuper l’une de l’autre. » Le visage de Simbegwire s’allongea, mais son père ne le remarqua pas. Anita ne dit rien. Elle n’était pas contente non plus.


Zinthu zinafika poipa kwa Simbegwire. Ngati sanamalize ntchito yake, kapena adandaula, Anita adamumenya. Ndipo pachakudya, mayiyo adadya kwambiri, nasiya Simbegwire ndi zidutswa zochepa chabe. Usiku uliwonse Simbegwire amalira yekha kugona, kukumbatira bulangete la amayi ake.

Les choses s’empirèrent pour Simbegwire. Si elle ne terminait pas ses tâches, ou si elle se plaignait, Anita la frappait. Et pendant le souper, la femme mangeait la plupart de la nourriture, laissant Simbegwire avec peu de restes. Chaque nuit Simbegwire s’endormait en pleurant, embrassant la couverture de sa mère.


Tsiku lina m’mawa, Simbegwire adachedwa kutuluka. “Iwe waulesi iwe!” Anita anafuula. Adatulutsa Simbegwire pabedi. Bulangete wamtengo wapatali adagwidwa ndi msomali, ndipo adang’ambika pakati.

Un matin, Simbegwire se leva en retard. « Paresseuse ! » cria Anita. Elle tira Simbegwire de son lit. La couverture précieuse resta accrochée sur un clou et se déchira en deux.


Simbegwire adakhumudwa kwambiri. Adaganiza zothawa kwawo. Anatenga zidutswa za bulangete la amayi ake, nanyamula chakudya, natuluka mnyumbamo. Adatsatira njira yomwe abambo ake adadutsa.

Simbegwire était très bouleversée. Elle décida de se sauver de chez elle. Elle prit les morceaux de couverture de sa mère, emporta de la nourriture et quitta la maison. Elle suivit le chemin que son père avait pris.


Pofika madzulo, anakwera mtengo wamtali pafupi ndi mtsinje ndipo adadzipangira bedi panthambi. Pomwe adagona, adayimba: Maama, maama, maama, mwandisiya. Munandisiya osabweranso. Atate sakundikondanso. Amayi, mudzabwera liti? Mwandisiya.

Quand le soir arriva, elle grimpa dans un arbre près d’un ruisseau et se fit un lit dans les branches. En s’endormant, elle chanta, « Maman, maman, maman, tu m’as quittée. Tu m’as quittée et tu n’es jamais revenue. Papa ne m’aime plus. Maman, quand reviens-tu ? Tu m’as quittée. »


M’mawa mwake, Simbegwire adayimbanso nyimboyo. Amayiwo atabwera kudzachapa zovala zawo pamtsinje, adamva nyimbo yachisoni ikuchokera mumtengo wamtali. Amaganiza kuti ndi mphepo yomwe imawaza masamba, ndikupitilira ndi ntchito yawo. Koma m’modzi mwa azimayiwo adamvetsera mosamalitsa nyimboyi.

Le lendemain matin, Simbegwire chanta encore la chanson. Quand les femmes arrivèrent au ruisseau pour laver leur linge, elles entendirent la chanson triste qui venait du grand arbre. Elles pensaient que c’était seulement le bruissement des feuilles et continuèrent leur travail. Mais une des femmes écouta la chanson attentivement.


Mayi uyu anayang’ana mumtengo. Ataona mtsikanayo ndi zidutswa za bulangeti lokongola, adafuwula, “Simbegwire, mwana wa mchimwene wanga!” Amayi enawo adasiya kutsuka ndikuthandizira Simbegwire kutsika pamtengo. Azakhali ake anakumbatira kamtsikanaka ndikuyesetsa kumutonthoza.

Cette femme jeta un coup d’œil dans l’arbre. Quand elle vit la fille et les morceaux de couverture colorés, elle cria, « Simbegwire, l’enfant de mon frère ! » Les autres femmes s’arrêtèrent de laver et aidèrent Simbegwire à descendre de l’arbre. Sa tante l’embrassa et essaya de la réconforter.


Azakhali ake a Simbegwire adapita ndi mwana kunyumba kwake. Adapatsa Simbegwire chakudya chotentha, ndikumugoneka pakama ndi bulangete la amayi ake. Usiku womwewo, Simbegwire analira pamene anali kugona. Koma anali misozi yotsitsimula. Amadziwa kuti azakhali awo azimuyang’anira.

La tante de Simbegwire l’emmena chez elle. Elle donna à Simbegwire un repas chaud et la borda dans son lit avec la couverture de sa mère. Ce soir-là, Simbegwire s’endormit en pleurant. Mais ses larmes étaient des larmes de joie. Elle savait que sa tante prendrait soin d’elle.


Abambo a Simbegwire atabwelera kwawo, adapeza chipinda chake chilibe kanthu. “Zachitika bwanji, Anita?” anafunsa ndi mtima wolemera. Mayiyo adalongosola kuti Simbegwire adathawa. “Ndidafuna kuti amandilemekeza,” adatero. “Koma mwina ndinali okhwimitsa zinthu.” Bambo a Simbegwire adachoka mnyumbamo ndikupita kulowera kwa mtsinjewo. Adapitilizabe kumudzi kwa mlongo wake kuti akawone ngati amuona Simbegwire.

Quand le père de Simbegwire rentra chez lui, il trouva la chambre de sa fille vide. « Qu’est-ce qui est arrivé, Anita ? » demanda-t-il, le cœur gros. La femme expliqua que Simbegwire s’était sauvée. « Je voulais qu’elle me respecte, » dit-elle. « Mais j’ai peut-être été trop sévère. » Le père de Simbegwire quitta la maison et se dirigea dans la direction du ruisseau. Il se rendit au village de sa sœur pour découvrir si elle avait vu Simbegwire.


Simbegwire anali kusewera ndi abale ake ataona bambo ake kuchokera kutali. Amachita mantha kuti mwina wakwiya, ndiye kuti adathamangira mnyumbamo kukabisala. Koma abambo ake adapita kwa iye nati, “Simbegwire, mwapeza mayi wabwino. Yemwe amakukondani ndikukumvetsetsa. Ndimanyadira za inu ndipo ndimakukondani.” Adagwirizana kuti Simbegwire azikhala ndi azakhali ake malinga momwe angafunire.

Simbegwire jouait avec ses cousins quand elle vit son père de loin. Elle avait peur qu’il soit peut-être fâché, alors elle se précipita à l’intérieur de la maison pour se cacher. Mais son père vint la voir et lui dit, « Simbegwire, tu t’es trouvé une mère parfaite. Une mère qui t’aime et te comprend. Je suis fier de toi et je t’aime. » Ils se mirent d’accord que Simbegwire resterait avec sa tante aussi longtemps qu’elle le voudrait.


Abambo ake ankamuyendera tsiku lililonse. Pambuyo pake, adabwera ndi Anita. Adatambasulira dzanja la Simbegwire. “Pepani wachichepere, ndakulakwitsa,” analira. “Mungandilole kuyesanso?” Simbegwire anayang’ana abambo ake ndi nkhope yake yomwe ili ndi nkhawa. Kenako adasunthira pang’onopang’ono ndikuyika mikono yozungulira Anita.

Son père lui rendit visite chaque jour. Finalement, il vint avec Anita. Elle tendit la main vers celle de Simbegwire. « Je suis tellement désolée, petite, j’ai eu tort, » sansanglota-t-elle. « Me laisseras-tu essayer de nouveau ? » Simbegwire examina son père et son regard inquiet. Puis elle fit lentement un pas en avant et mit ses bras autour d’Anita.


Sabata yotsatira, Anita adayitanitsa Simbegwire, ndi abale ake ndi azakhali ake, kunyumba kuti akadye. Ndi phwando labwino bwanji! Anita anakonza zakudya zonse zomwe Simbegwire amakonda, ndipo aliyense anadya mpaka atakhuta. Kenako ana adasewera pomwe akulu amalankhula. Simbegwire anali wosangalala komanso wolimba mtima. Adaganiza kuti posachedwa, abwerera kunyumba kukakhala ndi abambo ndi apongozi ake.

La semaine suivante, Anita invita Simbegwire, ainsi que ses cousins et sa tante, chez elle pour un repas. Quel festin ! Anita prépara tous les plats favoris de Simbegwire et tous mangèrent jusqu’à temps qu’ils soient repus. Ensuite, les enfants jouèrent tandis que les adultes parlaient. Simbegwire se sentait contente et courageuse. Elle décida que bientôt, très bientôt, elle retournerait chez elle pour vivre avec son père et sa belle-mère.


Écrit par: Rukia Nantale
Illustré par: Benjamin Mitchley
Traduit par: Fredrick Mapulanga
Langue: chewa
Niveau: Niveau 5
Source: Simbegwire du Livre de contes africains
Licence de Creative Commons
Ce travail est autorisé sous une licence Creative Commons Attribution 3.0 non transposé.
Lire plus de contes de niveau 5 :
Options
Retour à la liste des contes Téléchargement PDF